• Retrouvez toute l'actualité Foodconnexion dans votre Newsletter du Jeudi. Inscrivez-vous !

  • Découvrez tous les mois un dossier inédit sur la cuisine d'aujourd'hui et de demain.

  • + de 1000 recettes et gestes techniques de professionnels disponibles dans votre espace perso.

  • Envie de réagir à nos articles ? Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Un espace emploi gratuit pour déposer votre annonce et retrouver toutes nos offres.

Anabelle Lucantonio, pour faire briller la France en finale de la Pastry Queen

Publié il y a 1 an
La France a remporté la Coupe du Monde de pâtisserie 2017. Fera-t-elle aussi bien lors de la Pastry Queen en janvier 2018 ? The Pastry Queen, c’est la coupe du monde de pâtisserie, version féminine et individuelle. Un concours unique qui met à l’honneur le talent des pâtissières à l’échelle internationale. Pour représenter la France, Anabelle Lucantonio, 27 ans. Portrait d’une jeune femme déterminée qui entre pleinement dans la cour des grandes et s’entraîne sans relâche pour être couronnée.

Un concours, ça ne s’explique pas, ça se vit. On grandit tellement vite avec un concours…

Anabelle Lucantonio, de ses débuts dans la pâtisserie à The Pastry Queen

Portrait d'Anabelle Lucantonio

Anabelle Lucantonio est arrivée dans le milieu de la pâtisserie par hasard, histoire de trouver un métier. Mais quand la jeune femme commence sa formation, c’est une révélation. Major de sa promotion pour son BEP, elle passe son BAC pro à l’École Ferrandi et fait ses premiers pas de pâtissière dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. Tea-time, viennoiseries, petit-déjeuner, snacking, desserts raffinés… : un large éventail pâtissier qui plaît beaucoup à Anabelle, avec l’adrénaline du service en plus. Ensuite, la jeune femme rejoint le Westin Paris-Vendôme et y fait ses premières armes. Le goût des concours est déjà là : la pâtissière participe au Mondial des Arts Sucrés en 2012 et son binôme finit troisième du concours. Puis elle remporte le Trophée Gérard Barsé en 2013. Elle participe à la réouverture du Prince de Galles, en tant que demi-chef de partie du restaurant La Scène qui obtient la même année sa 1re étoile. Après plusieurs années passées dans des palaces parisiens, Anabelle poursuit sa carrière en faisant des extras pour des grands établissements, l’Élysée, le ministère de l’Agriculture… A 27 ans, elle est aujourd’hui Chef Pâtissière chez DGF.

J’ai la chance de travailler avec de grands chefs à qui je demande des avis et des conseils pour le concours sans trop m’éparpiller.

Anabelle Lucantonio lors d'un master class avec Yann Brys

La candidate française pour The Pastry Queen, la tête dans les étoiles mais les pieds sur terre

La finale aura lieu les 22 et 23 janvier 2018, à Rimini en Italie. Pour sa 4e édition, le concours aura pour thème l’astrologie. Un sujet qui inspire tout particulièrement la pâtissière, laquelle envisage d’exploiter la symbolique des astres et des signes astrologiques dans ses réalisations. Au programme : une pièce en sucre et pastillage, 22 tartes modernes à base de crème à la pistache, 22 desserts au verre avec glace au café, 22 mignardises en forme de bague, 17 desserts à l’assiette chauds (au chocolat) et froids (au marron glacé). Le tout en 16 heures. Les précédents concours auxquels la pâtissière a participé lui ont entre autres choses, permis de s’aguerrir sur les questions d’organisation et de gestion du temps, des compétences-clés. Elle peut ainsi se focaliser sur les autres notions : gourmandise, harmonie, jeu de textures et de saveurs, visuel et présentation… le moindre détail compte. Alors, même si Anabelle a un peu la tête dans les étoiles car, en participant à ce concours, elle réalise un grand rêve, elle garde les pieds sur terre pour relever ce défi. Consciente des retombées qu’il peut avoir sur sa carrière, c’est avant tout le challenge qui l’intéresse. C’est Pascal Molines, son manager officiel qui la coache. Après avoir commandé le matériel et fait des croquis de ses pièces, Anabelle entre maintenant dans le vif du sujet avec les dégustations.

Dessert à l'assiette composé de framboises et de menthe

Cela va prendre tout mon temps, je n’en dors pas… Je note le soir des idées sur mon téléphone  et je me lève très tôt pour faire des essais.

Bannière à cet emplacement

Portrait chinois de Anabelle Lucantonio, en amont de The Pastry Queen

Le principal trait de votre caractère ?

« Je suis spontanée. » 

La qualité que vous préférez chez un(e) pâtissier(e) ?  

« La rigueur. » 

Votre occupation préférée ?

« La pâtisserie occupe beaucoup de place dans ma vie, surtout en ce moment… »

Votre rêve ? 

« À moyen terme, gagner le concours The Pastry Queen. Sinon remporter un jour le concours de MOF est un rêve… »

Ce que vous voudriez être ? 

« Je veux continuer de faire des démonstrations dans le monde entier comme je le fais, c’est une grande chance. À travers mon parcours, je souhaite donner à la pâtisserie féminine toutes ses lettres de noblesse. » 

Le pays où vous voudriez vivre ? 

« J’aimerais travailler et vivre en Asie : le Vietnam, le Japon… m’attirent tout particulièrement. »

La couleur que vous préférez ? 

« Le bleu ou le vert mais ces couleurs sont très dures à restituer naturellement en pâtisserie. J’ai horreur du rose dans la vie de tous les jours, pourtant je l’utilise beaucoup en pâtisserie. » 

Le dessert que vous aimez manger ? 

« Le Saint-Honoré. » 

Le dessert que vous aimez faire ?  

« Les desserts à l’assiette. »

Vos pâtissiers favoris ? 

« J’aime beaucoup Guillaume Mabilleau, Yann Brys, Quentin Bailly, Claire Heitzler. »

Le fait pâtissier que vous estimez le plus ? 

« Un colibri réalisé par Jérôme Langillier, pour une pièce en sucre présentée lors de la Coupe du Monde des Arts Sucrés de 2011. J’en avais le souffle coupé. J’ai pu la voir de très près. C’était magnifique ! »

Le don pâtissier que vous voudriez avoir ?   

« Quand je crée quelque chose, je suis toujours obligée de faire plusieurs essais. Alors je rêverais que ça réussisse du premier coup ! C’est l’expérience qui me le permettra sans doute, même si l’on reste toute sa vie apprenti. »

Votre état d’esprit actuel ?

« J’ai un peu le stress du timing et je suis pressée d’entrer dans le vif du sujet. Chaque détail compte. Je veux que tout soit parfait. Alors j’essaie de penser à tout. Stress et envie de me surpasser donc ! »

 Votre devise ? 

« Pas de repos pour les braves… ! »

Par CAMILLE DELENCLOS Rédactrice FoodConnexion

Inscrivez-vous dès maintenant pour accéder à tous les services et contenus du site. Allez-y, c'est gratuit !

Pour vous inscrire, vous devez obligatoirement être professionnel ou apprenti des métiers de bouche. Nous modérerons ces inscriptions.

Déjà inscrit ? Je me connecte
Nous utilisons différents types de cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus
Recettes professionnelles de Pâques (sucrées)
Bientôt Pâques, ses agapes et… ses défis salés et sucrés pour tous les artisans des métiers de bouche. Téléchargez nos recettes professionnelles de Pâques en version sucrée.